Vers une uniformisation et climatisation généralisées de l’esthétique urbaine ?

L’urbain contemporain accorde une place importante à la sensibilité, au récit, aux ambiances. Individu et société sont bousculés par ce tournant esthétique et le registre des affects pourrait être pertinent pour décrire, analyser et critiquer cette esthétique urbaine. Tout débord en dévoilant les manières dont les structures et imaginaires sociaux performent les spatialités. Puis en rendant compte des modalités de résistances face à ce tournant esthétique.

Mots-clés : esthétique urbaine, affect, production de l’espace, spatialités, urbanité.

Cette réflexion s’inscrit dans le cadre de la saisie et de l’analyse de l’articulation entre production contemporaine de l’urbain et spatialités individuelles. Par production de l’urbain, il est ici entendu l’établissement d’une réalité́ matérielle et la transmission de valeurs. Cette transmission s’effectue à travers les réalisations matérielles et la diffusion de discours théoriques et pratiques sur la ville et l’espace. Quant à spatialité, il s’agit de l’« expérience individuelle et sociale  qui engage la personne, son  corps, ses  capacités, ses sens, et la met à l’épreuve de l’espace, qui est à considérer comme un environnement de l’action ». (Lussault, 2015 ; pp.409-410). En résonance aux approches sur et par le sensible, les ambiances, cette réflexion souhaite participer au renouvellement des débats sur les transformations de l’urbain, plus particulièrement celles liées à l’urbanité, caractère de ce qui est urbain.

Le tournant esthétique de l’urbain

Aujourd’hui, l’urbain est considéré comme étant soumis à un « tournant esthétique » (Gennard, 2019) où l’esthétique est mobilisée en tant que sensibilité et non pas comme synonyme de culturel ou d’artistique. Ce tournant, s’il embrasse bien entendu les enjeux associés à l’embellissement des espaces urbains, de la patrimonialisation, de la ville culturelle ou de la ville créative, les dépassent pour être celui des ambiances et de l’expérience. Le rapport esthétique à la ville se décline dans tous les aspects de la production de l’urbain (discours, objets, actions, etc.), l’expérience quotidienne de l’urbain (évènements, rythmes, matérialité, etc.) mais aussi dans l’approche théorique sur le fait urbain contemporain (part sensible du faire et vivre la ville) et enfin dans les outils méthodologiques mobilisés pour rendre compte du rapport que les individus et groupes entretiennent à l’urbain (marches, réalité augmentée, cartes mentales, etc.). Ainsi, l’urbain en vient à être saisi de manière croisée dans toutes ses dimensions et notamment ses dimensions sensibles. De manière concomitante, la question des affects s’est imposée dans le débat social au point d’instituer un tournant affectif (Lordon, 2015 ; Clough et al., 2007) qui caractériserait une époque marquée par une forte propension à exprimer ses émotions et ses ressentis. Ainsi, l’acteur, qu’il soit habitant, élu, urbaniste et même chercheur est envisagé prioritairement comme un acteur sensible, dont les engagements en tous ordres, et notamment ses pratiques urbaines, sont guidés par des émotions, des affects, des sentiments, des ressentis. Devenant sensible, l’individu contemporain bouscule les modèles qui l’enfermaient jusqu’ici dans une sorte de gradient allant d’agent entièrement assujetti aux structures sociales, à acteur souverain de ses actes, maitre de lui-même s’émancipant totalement des contraintes et normes sociétales. Quant au « social », renommé « communauté » ou « vivre ensemble », il est envisagé prioritairement comme une communauté esthétique et non plus exclusivement comme une communauté adhérant à des valeurs, des normes, des appartenances, des institutions, des procédures garantissant cette identité et cette unicité.

Figure1 : ADAM, M. Quartier Confluences à Lyon. Lyon, 2015. Tous droits réservés

Par conséquent, toute recherche s’intéressant à la production et à l’expérience de l’urbain contemporain, est amenée à intégrer cette dimension, dans un double enjeu. Tout d’abord pour la saisie et la compréhension des relations qu’un individu, un groupe, une société́, entretient avec son environnement. Puis, pour être en mesure de rendre compte des imaginaires, individuels et sociaux qui animent et structurent ses relations dans l’arène que constitue chaque situation urbaine. 

Une question d’affect ?

Selon nous, convoquer le registre des affects, c’est-à-dire ce qui meut, comment cela met un individu et/ou un groupe situé (contexte spatiale, social, de l’évènement, etc.) en mouvement, permet d’en apprendre plus sur les esthétiques urbaines dans leurs dimensions matérielles, processuelles, discursives et expérientielles. En dévoilant autant les manières dont les structures et imaginaires sociaux façonnent les agencements urbains et performent les pratiques individuelles et collectives d’une part et en rendant compte, en retour comment ces mêmes pratiques individuelles, en situation, s’appuient sur ces configurations sensibles, pour s’en affranchir dans des proportions variables, l’affectif permettrait d’observer le jeu entre institué et instituant dans l’urbain. 

Le souhait ici est d’affiner la compréhension de « l’affect comme un effet du monde autant qu’un cadre pour le concevoir » (White, 2017, p.176). Cette compréhension permettant une saisie, une analyse et une critique plus fines du fait urbain contemporain où l’urbanisme est sensoriel, l’architecture sensuelle, le quotidien évènementiel (Laffont, 2021). La ville esthétique et sensible s’incarne dans des édifices aux formes plus audacieuses les unes que les autres, des espaces festifs ou des friches réinvesties où l’on fait l’expérience de nouvelles valeurs et de nouvelles temporalités urbaines, dans des jardins partagés, des tiers lieux, des espaces éphémères où l’on scande le vivre ensemble, de mobilités douces vécues comme autant de performances ou d’expériences artistiques, ou encore dans des évènements plus ou moins extraordinaire qui invitent à la déambulation au travers de dérives urbaines, de promenades commentées, etc., où toutes et tous sommes invités à signifier nos états affectifs et à célébrer une urbanité de plaisir.

Ainsi, non seulement les espaces habités semblent designés mais l’expérience du quotidien parait est-elle-même conditionnée dans la mesure où la ville sensible est pensée et suppose des engagements actifs de la part de ceux qui la vivent (Podilchak, 2013). En effet, les spatialités contemporaines se manifestent de manière active et demandent la participation de toutes et tous, participation pouvant prendre les traits d’une injonction à s’impliquer pleinement dans l’urbain.  Dans la construction, le déploiement et la mise en sens de ces spatialités, les individus développent entre eux, de leurs faits ou de manière « incitative », un attachement réciproque, positif et affectif qui, au-delà de provoquer du plaisir, permet de se sentir comme contributeur à créer et entretenir un acte social. Par cette participation et implication active tout comme cet attachement réciproque l’urbanité parait être vécue sur la base d’un sentiment de liberté de choix et de plaisir. En cela, la ville sensible ainsi que sa mise en ambiance fonctionneraient en tant qu’imaginaire social (Taylor, 2004) visant d’une part à la fusion des membres de la société afin de freiner la tendance aux frottements, de l’autre à l’entretien de l’illusion que cette même société n’est pas un champ et donc ne peut pas être soumise à des jeux de rapports de forces.

Sur la base de ces éléments, l’on peut avancer qu’à l’ère de la ville esthétique et sensible, il y aurait donc une certaine instrumentalisation de l’affect. Quatre hypothèses sont formulées dans cette recherche en ce qui concerne les espaces habités et les spatialités. Premièrement, cette esthétisation ambiante lisserait les aspérités sensibles et pacifierait les relations sociales en créant un climat d’apparent apaisement entre les groupes sociaux. Deuxièmement, elle infantiliserait les individus par le déploiement de codifications matérielles, symboliques, discursives conduisant à une urbanité ludique, mercantile et conviviale. Troisièmement, cette codification des milieux et pratiques ferait perdurer les rapports de forces structurels liés aux capitaux culturels et sociaux. Quatrièmement, cette même codification viserait à garantir à chacun une relation sans peine, sans souci ni surprise, sans attente et donc sans déception.

Figure 2 : LAFFONT G. Retail Park Steel  à Saint-Etienne. Saint-Étienne, 2022. Tous droits réservés

Pour venir autant éprouver ces postulats et hypothèses qu’explorer l’enjeu de la saisie du registre de l’affectif, la recherche se développe autour de l’étude individuelle, croisée et réflexive de différentes situations où cette ville sensible se produit, se raconte et se vit. Elles articulent toutes un contexte urbain différents, une « modalité » productive, discursive et expérientielle de l’esthétique urbaine ainsi que des méthodes d’enquêtes différentes tant qualitatives que quantitatives. Les trois terrains sont Nantes, Lyon et plus particulièrement Saint-Etienne où il est possible de saisir et analyser l’esthétique urbaine contemporaine ainsi que les questions qu’elle suscite à travers différentes caractéristiques significatives tels que le recours à l’évènementiel, le récit du projet urbain, la production architecturale et urbanistique, l’expérience quotidienne. Au-delà de proposer à la discussion les premiers résultats de ces travaux, l’objectif est de venir partager des questionnements tant conceptuels, méthodologiques qu’analytiques qui mettent à l’épreuve cette recherche visant à mettre en évidence deux choses : la production contemporaine de l’espace conduit à la mise en place d’un dispositif émotionnel mondialisé ;  l’expérience de cette esthétique urbaine se résume à une uniformisation, normalisation et neutralisation des ressentis en une sorte d’apprêtages divertissants, lénifiant et aliénant.

Bibliographie : 

CLOUGH, Patricia & HALLEY, Jean, 2007. The affective turn: Theorizing the social. Durham, Duke University Press, 330 p.

GENARD, J-L, 2019. Le concept de rythme au coeur d’un tournant esthétique de la pensée et des politiques de la ville, EspacesTemps.net, Travaux, 30.05.2019, [consulté le 01 Mai 2022]. https://www.espacestemps.net/articles/le-concept-de-rythme-au-coeur-dun-tournant-esthetique-de-la-pensee-et-des-politiques-de-la-ville/

LAFFONT, Georges-Henry, 2021.Vers un design affectif de l’urbain ? Le voyage à Nantes comme archétype d’une ville sensible et esthétisée, dans Laffont Georges-Henry & Martouzet, Denis, Ces lieux qui nous affectent. Production de sens, enjeu de connaissance, dimension opératoire. Paris, Hermann, 2021, pp. 287-298.

LIPOVETSKY, G, & SERROY, Jean, 2013.  L’esthétisation du monde. Vivre à l’âge du capitalisme artiste. Paris, Gallimard, 493 p.

LORDON, Frédéric, 2015.  La société des affects. Paris, Points Essais. 312 p.

LUSSAULT, Michel, 2015. L’expérience de l’habitation, Annales de géographie 704 N°4 (2015): pp.406-423. [consulté le 24 Novembre 2020].  DOI: 10.3917/ag.704.0406

PODILCHAK, W ; 2013. The Social Organization of Fun, Loisir et Société / Society and Leisure, vol. 8, n°2 : pp. 685-691.

TAYLOR, Charles, 2004.  Modern Social Imaginaries. Durham and London, Dukes University Press. 215 p.

THIBAUD, Jean-Paul, 2015.  En quête d’ambiances. Éprouver la ville en passant. Genève, MétisPresses. 325p.WHITE, Daniel, 2017. Affect: An Introduction, Cultural Anthropology 31(2); pp.175-180.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Georges-Henry LAFFONT (13 septembre 2022). Vers une uniformisation et climatisation généralisées de l’esthétique urbaine ? Fabrique du sensible & mutations des espaces habités. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tlwi


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search