Patrimoine urbain et luttes sociales à la Guillotière

La thématique patrimoniale s’est imposée depuis plusieurs décennies comme une entrée privilégiée de l’étude de la dimension spatiale des rapports sociaux. La patrimonialisation est interprétée comme une construction sociale et politique conflictuelle et le patrimoine soit comme un instrument de domination et d’exclusion, soit comme un outil de résistance. À quelques exceptions près (Ter Minassian, 2012), l’idée que la valorisation du patrimoine favorise la gentrification des centres anciens, des quartiers populaires ou des espaces anciennement industriels domine dans la littérature.

Mots-clés : patrimoine, luttes, anarchisme, appropriation, mémoire.

Nous proposons d’analyser le patrimoine comme un outil stratégique de luttes habitantes contre les évolutions socio-spatiales d’un quartier et d’interroger le rôle du mouvement libertaire dans ces mouvements pour tenter de définir une approche libertaire du patrimoine.

Nous allons nous intéresser pour cela aux luttes menées par différents collectifs d’habitants depuis près de 30 ans dans le quartier de la Guillotière à Lyon. Ces luttes se saisissent du patrimoine dans le cadre d’une opposition au changement social et urbain du quartier. Le patrimoine est au départ un argument parmi d’autres de la critique habitante, mais il fait par la suite l’objet d’une appropriation par son occupation, qui permet à la fois un ancrage spatial des luttes et le déploiement d’alternatives sociales.  

Photo réalisée par Thomas Zanetti, Février 2022, tous droits réservés

La Guillotière à Lyon est le quartier traditionnel de l’immigration. Il est donc historiquement un quartier populaire et cosmopolite, où les plus précaires trouvent des ressources pour s’intégrer ou simplement survivre. Depuis près de 50 ans, les pouvoirs publics cherchent à normaliser ce quartier par des politiques urbaines qui visent à le transformer en un espace attractif pour les classes moyennes et supérieures, les investisseurs immobiliers et les touristes.

L’action publique de rénovation urbaine à la Guillotière va rencontrer des oppositions dès le milieu des années 1970. Au début des années 1990, plusieurs collectifs luttent contre la construction d’un immeuble, qui sera tout de même réalisé. Il devait être suivi de la démolition de 200 logements dans le cadre de la réalisation d’une percée urbaine, mais celle-ci sera abandonnée suite à la mobilisation d’un comité d’habitants et de commerçants. Un autre collectif s’est formé en 2016 pour s’opposer, avec succès, à la destruction de 4 immeubles (et 40 logements). 

Au début des années 2010, la création d’une place publique va rencontrer une importante contestation de la part de collectifs d’habitants et d’associations. La place sera cependant réalisée après un conflit de plusieurs années. Plus récemment, deux collectifs se sont créés pour s’opposer à l’aménagement d’un ilot situé juste à côté de cette place (Mazagran). Le projet prévoyait la construction de 120 logements et la disparition d’une vingtaine de logements, d’un garage automobile, d’un carrossier et d’un atelier d’autoréparation de vélos. La version initiale de ce projet a été abandonnée et il est aujourd’hui rediscuté avec des habitants, des associations et des collectifs du quartier. 

Dans leur opposition à ces projets d’aménagement et de rénovation urbaine, tous les collectifs se sont saisis à divers degrés de la thématique patrimoniale. Dans un quartier marqué par l’immigration, le recours au patrimoine et à la mémoire peut d’abord permettre d’entretenir des liens entre les collectifs mobilisés, les classes populaires et les personnes issues de l’immigration. L’évocation d’un patrimoine chez les personnes mobilisées traduit ensuite un attachement individuel au quartier. Cet attachement passe notamment par l’identification et la valorisation d’un héritage matériel et immatériel qui s’incarne dans divers lieux porteurs d’une atmosphère sociale spécifique. 

L’invocation d’un patrimoine à protéger et à défendre face à des intrusions extérieures (ici celles des promoteurs immobiliers et de la puissance publique) constitue également un vecteur d’adhésion à une lutte urbaine, en suscitant à la fois des sentiments d’attachement au lieu et de réprobation envers les projets d’aménagement qui entraîneraient leur perte et une dépossession. Aux discours dévalorisants des institutions sur le quartier, les collectifs opposent un récit qui présente le quartier de la Guillotière comme un quartier populaire et solidaire. Le registre patrimonial n’est donc pas seulement invoqué pour protester contre une transformation physique. Il nourrit également une critique sociale et politique. 

Les mobilisations ont ensuite permis d’éviter de nombreuses destructions et d’obtenir des relogements sur place pour les personnes qui ont vu leurs logements démolis. Elles seront aussi à l’origine de la création d’un centre social qui propose à la population un pôle d’accès au droit et des activités culturelles. Le recours à la thématique patrimoniale ne s’est donc pas fait au détriment de préoccupations sociales, car la destruction est vue comme un moyen de favoriser la gentrification. 

Les processus de patrimonialisation renvoient ensuite à la question de l’appropriation sociale de l’espace. À la Guillotière et notamment sur l’îlot Mazagran, cette appropriation s’effectue de manière autogérée, à travers une mise en valeur symbolique du patrimoine bâti et un marquage de l’espace. La volonté d’une appropriation autonome de l’espace portée par les collectifs renvoie alors aux caractéristiques des « géographies autonomes » (Pickerill, Chatterton, 2006) ou des « zones d’autonomie temporaire » (Bey, 1991). 

Au-delà d’une dimension symbolique, cette volonté se traduit par une appropriation matérielle du patrimoine, qui constitue également une manière de lutter contre la propriété privée, ce qui rejoint une autre revendication centrale de la pensée anarchiste. Sur l’îlot Mazagran, plusieurs bâtiments existants ont en effet été appropriés dans le cadre des luttes. Un an après le début de la contestation, un bâtiment vacant de l’îlot est réquisitionné pour créer un squat et un centre social autogéré, l’Espace Communal de la Guillotière (ECG). L’ECG héberge des exilés et propose un ensemble d’activités culturelles et sportives, d’aides matérielles et de services sociaux. Son ouverture a permis l’ancrage territorial de la mobilisation au sein du quartier et la possibilité d’une organisation sociale et politique autonome (Zanetti, 2021). Elle rappelle que la pratique libertaire s’inscrit dans les lieux à travers des réalisations concrètes. 

Les mobilisations sociales et patrimoniales sont donc indissociables d’une appropriation territoriale et d’un ancrage local, celles-ci étant ensuite une condition au déploiement d’initiatives autonomes. En se saisissant du patrimoine, les collectifs de la Guillotière tentent de définir ce qu’ils considèrent comme un bien commun, notion qui entretient une nette parenté avec les pratiques anarchistes et le municipalisme libertaire (Bookchin, 1995, Jourdain, 2020). 

Le patrimoine peut donc être un vecteur d’émancipation et d’autonomie individuelle et collective. Pour Rémi Bénos (2020), il faut pour cela penser « le patrimoine avant tout comme lieu d’échange et de diversité, constamment réinventé et renégocié ». C’est notamment dans des lieux ordinaires et des espaces du quotidien que peut s’affirmer une volonté d’émancipation, à travers une réappropriation par les groupes sociaux de leur espace, de leurs identités et de leurs aspirations, mais aussi de leur patrimoine. Dans une perspective libertaire, cette réappropriation ne peut advenir que de manière autonome. 

La mobilisation du patrimoine de ces espaces ordinaires constitue ensuite une dimension stratégique et concrète de cette visée émancipatrice, car elle permet sa mise en actes à travers la réquisition et l’occupation. L’aspiration à l’émancipation qui anime ces luttes urbaines s’emparant du patrimoine se retrouve alors confrontée aux institutions. Si Jean-Louis Tornatore (2017) emploie le terme de patrimoine citoyen pour désigner des actions patrimoniales qui s’affranchissent des institutions et qui traduisent une capacité politique des habitants selon une perspective critique et alternative ; nous pensons que plus que par un affranchissement, c’est dans un antagonisme avec les institutions qu’une approche libertaire du patrimoine se définit, en lien avec le positionnement anti-étatiste de l’anarchisme. À la Guillotière, ce sont surtout contre les institutions locales que se dressent les collectifs. 

Si l’appropriation du patrimoine est initiée par des groupes militants, elle est pensée dans un but de mise à disposition à l’ensemble de la population. La réquisition est donc conçue pour résister aux changements sociaux et urbains du quartier, puis pour permettre la mise en œuvre d’activités solidaires et non-marchandes afin de répondre aux besoins des plus précaires. L’entraide est vue comme un moyen de résistance aux évolutions du quartier et aux inégalités qui en découlent. 

Si les dimensions spatiales de l’identité et de la mémoire du quartier sont bien des ressources pour l’activité contestataire et militante, c’est donc pour faire triompher des revendications politiques et sociales. Le patrimoine constitue alors un instrument stratégique et un outil de légitimation mis au service de l’émancipation individuelle et collective. Cette saisie du patrimoine invite ainsi à définir une approche libertaire du patrimoine pour compléter à la fois la critique de l’appropriation du patrimoine urbain par les élites et l’analyse des résistances à cette appropriation par les classes dominées ; et concentrer l’attention sur des patrimonialisations alternatives et libres.Nous proposons de définir cette approche libertaire du patrimoine comme une réappropriation autonome d’héritages, en opposition aux institutions et dans une perspective d’émancipation individuelle et collective. Cette réappropriation se déroule dans le respect des mémoires populaires de l’espace, selon des logiques de mise à disposition de tous et de redistribution aux plus démunis, dans le cadre d’une utilisation du patrimoine comme support pour des activités non-capitalistes, solidaires et inclusives.

Bibliographie

BENOS R., 2020, « Le territoire comme aporie. De quelques questionnements libertaires sur la patrimonialisation », Les cahiers du CFPCI, n°7, pp. 114-128.

BEY H., 1991, TAZ, Temporary Autonomous Zone, New-York, Autonomedia.

BOOKCHIN M., 1995, From Urbanization to Cities, New-York, Cassell.

JOURDAIN E., 2020, « La part anarchiste des communs », Ballast, [En ligne] https://www.revue-ballast.fr/la-part-anarchiste-des-communs/

PICKERILL J., CHATTERTON P., 2006, “Notes towards autonomous geographies: creation, resistance and self-management as survival tactics”, Progress in Human Geography, Vol. 30, n°6, pp.730-746. DOI 10.1177/0309132506071516

TER MINASSIAN H., 2012, « Patrimonialisation et gentrification : le cas de Barcelone », Cahier Construction politique et sociale des territoires, 2012, n°1, pp. 49-58. [En ligne] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00681371/

TORNATORE J-L., 2017, « Patrimoine vivant et contributions citoyennes. Penser le patrimoine « devant » l’Anthropocène », In Situ, n°33, DOI 10.4000/insitu.15606

ZANETTI T., 2021, « De l’îlot à la métropole. Relocalisation de la politique et politisation de la métropole à Lyon », Métropoles, n°28. DOI 10.4000/metropoles.7899


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Thomas Zanetti (11 septembre 2022). Patrimoine urbain et luttes sociales à la Guillotière. Fabrique du sensible & mutations des espaces habités. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tlwg


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search