Les ambiances, une nouvelle forme de mainmise. Les cas des quartiers Syriaque et d’Ouzai à Beyrouth.

Certes l’ambiance devient et évolue en rapport avec ses composantes variables (l’heure, la météo, le public, etc.), mais elle garde quand même une sorte d’identité distinctive. Elle possède généralement, des caractéristiques qui lui confèrent cette identité toute particulière et spéciale qui la rend bien identifiable. Cette reconnaissance fait l’identité du lieu ou de l’espace ; une identité jugée modulable par les puissances politiques. Que serait alors le rôle des ambiances au cœur de ces conflits ? Comment sont-elles mises en œuvre et exploitées ? Ces problématiques ré-émergent systématiquement à l’aube de tout genre d’affrontement des puissances mondiales ou même locales.

Mots-clés : Ambiances forcées, politiques de mainmise, Partis politico/religieux, Liban, Beyrouth.

Ce texte consiste essentiellement à exposer la manière dont les instances « politico-religieuses » libanaises exploitent l’ambiance au profit de leurs politiques de mainmise sur le territoire libanais. En hypothèse, ceci demeure réalisable en explorant les différentes manières dont les groupes libanais rivaux recrutent le monde du sensible au combat politique.

Dans le but d’illustrer cette allégation, nous nous servirons de la base de données recueillies durant les travaux de terrains entamés dans les quartiers d’Ouzaï et Syriaque à Beyrouth. Ces travaux étaient employés dans le cadre de la thèse « Beyrouth, heteroclicité et lutte des ambiances dans les quartiers enclavés. Les cas des quartiers dits irréguliers de Syriac et Ouzaï ».

Ces deux quartiers désignés par cette recherche ne témoignent d’aucun point de similitude excepté leur destin et les rôles attribués à chacun d’eux par les milices pendant la guerre civile libanaise (1975-1990).

En effet, le quartier Syriaque baigne dans un tissu majoritairement chrétien, et demeure considérablement catéchisé par les partis politiques chrétiens pesants de la région, notamment les « Forces libanaises (FL) ». Historiquement, le quartier se présentait comme le fief des milices chrétiennes à l’époque de la guerre civile libanaise. Il leur fournissait Hommes et logistique. 

En revanche, le quartier d’Ouzaï, dont la population est à majorité chiite, reste fortement attaché aux valeurs et idéologies soutenues et replantées par le Duo chiite composé des deux partis chiites majeurs de la région, celui de « AMAL » et celui du « HEZBOLLAH ». Le quartier se considère comme l’un des boucliers le plus important de cette coalition politico-confessionnelle.

Une perspective originelle…un affrontement inédit

Malgré les nombreux éléments de dissimilitude présents entre ces deux quartiers, ces derniers subissent aujourd’hui le même sort. Les partis politiques majoritaires dans ces régions occupent une place importante dans leurs gouvernances. Ces partis participent aux quotidiens des habitants comme au dessi(e)n de ces territoires. « Ils participent aux mariages, aux fêtes religieuses, à toutes nos célébrations. Ils sont présents partout », me confirme l’un des habitants du quartier Syriaque. Comment cette influence originale demeure-t-elle établie par ces instances ?

En effet, et pour mieux saisir ce phénomène, il semble intéressant d’exposer son évolution au fil du temps. Véridiquement, le lendemain de la guerre civile libanaise, les « nouveaux » partis politiques, anciennement milices, cherchaient à redéfinir leurs nouvellement anciens territoires. Ils se confrontèrent à nouveau en une inédite lutte. Le pays semble de nouveau « partagé » en secteurs et zones d’influence incontestablement repérables à l’aide des ambiances urbaines spécifiques à chacun d’eux. Des régions dessaisissent leurs identités et épaulent une nouvelle. Des limites de tensions se génèrent entre elles. Elles deviennent esclaves de ces ambiances forcées. Il s’agit de ce que nous dénommons dans le texte, « la guerre froide des ambiances ». 

En plus, la plupart des groupes engagés dans ce processus désiraient garantir la transition d’une partie de « leurs communautés » rurales vers les zones urbaines et notamment la ville de Beyrouth. Elles devaient faciliter l’acquisition symbolique d’un périmètre social ou géographique au sein des zones désormais religieusement homogènes et stratifiées à cause des massives vagues d’exode d’une Beyrouth vers une autre durant les conflits. 

Différentes milices ont même projeté une population à faible revenu dans ces zones, tout en réinterprétant et réadaptant les concepts de planification urbaine aux profits des structures de leurs propres idéologies et programmes politiques. Cette influence concrétise les idéologies de chacun des partis dans « son » quartier. Elle amène une ambiance idéologiquement nourrie et incontestablement forcée.

Une ambiance menotté

Par souci de mise en place et en pratique de leur.s politique.s de mainmise et d’influence, les partis politiques libanais eurent recours aux ambiances architecturales et urbaines. Partant de la réalité que les villes manifestent ce qu’elles sont, les instances politiques intervinrent dans la fabrication des identités de ces villes. Ceci s’avérait réalisable, en confectionnant, alimentant et soutenant une ambiance urbaine, sociale et architecturale propice au développement de communautés qui éprouvent les mêmes attachements sociaux, culturaux et politiques que leurs devanciers. Conséquemment, de génération en génération, les quartiers resteront sous l’influence des groupes politiques. 

Offrira alors, cette perspective nouvellement ancienne, la « reproduction ambiantale et inévitablement identitaire » que désirent les partis politiques dans les territoires qu’elle cible ? 

Une importante partie de la théorie de la planification semble consignée avec l’hypothèse de base que sa pratique, au moins à grande échelle, demeure un instrument entre les mains de celui qui la décide. En effet, les partis politiques, responsables majeurs de la planification des régions sous leurs influences, confectionnent une ambiance urbaine spéciale du lieu. Ils forcent de nouvelles variables, qui se transforment rapidement en « constantes », à la formule composante de l’ambiance du lieu. Ces constantes sont généralement représentées par des éléments architectoniques. Elles exhibent des idéologies distinctives, des manières de penser et de faire et même parfois des anecdotes qui renvoient au temps de conflits armés. Elles imposent une ambiance de lutte continue contre l’effacement identitaire et servent de définition physique du périmètre d’influence des groupes libanais. 

La banlieue sud de Beyrouth témoigne de la réussite de cette politique de définition identitaire. De nos jours, le terme « Banlieue Sud » n’est plus utilisé par les Libanais pour désigner une simple région qui se situe au sud de la capitale. Le terme est plutôt employé, par le dialecte libanais, pour désigner les régions à majorité chiite et sous l’influence du Duo chiite peu importe leur(s) localisation(s). L’identité de la région demeure rattachée étroitement aux idéologies de son influenceur. D’autres régions certifient aussi de cette influence.

À Ouzaï pour exemple, les partis politiques gouvernants (Amal et le Hezbollah) aménagent l’espace urbain à leur guise avec l’accord des instances publiques locales.  Des symboles religieux et politiques sont plantés sur la totalité du territoire, ceci demeure un signifiant de la culture régionale. 

Ces éléments sont souvent porteurs de messages, de conseils, de rappels et parfois même de directives à la population locale (fig.1). Ces « icones » demeurent très répandu dans le périmètre de recherche et constituent l’élément le plus utilisé de l’iconographie politique dans l’espace public. Ils participent au dessin de l’image et l’identité du territoire voire du peuple. « Je suis né là, j’ai grandi là et je mourrai là ! Comment puis-je renoncer à mon passé, présent et futur ? Comment puis-je être contre moi-même », révéla un des habitants de la région. « C’est grâce à eux que nous sommes toujours ici ! ».

Figure 1 : ABOU MRAD G. Croquis montrant des éléments (drapeaux, photo des martyrs, photos du fondateur du parti “AMAL”, des messages à la population locale) plantés aux limites de la banlieue Sud de Beyrouth avec les autres régions.

Cette stratégie de définition/limitation territoriale demeure escortée par une politique qui préserve l’image précaire de ces quartiers. Jusqu’à l’heure, les partis gouvernants n’autorisent aucune initiative de réhabilitation/requalification dans ces zones. En effet, les cœurs de ces quartiers restent exceptés de toute « initiative de renaissance ». Ils éprouvent toujours des traces de la guerre civile de nature religieuse, qui témoignent de l’histoire de conflit et de mort. Ils forment la mémoire collective concrète des habitants. Ils renvoient à des menaces que les habitants ont endurées durant les temps de conflits ; des camarades d’armes qu’ils ont perdus dans les recoins du quartier.

Le cœur du quartier Syriaque par exemple reste épargné de toute initiative de requalification urbaine malgré les multiples initiatives entreprises dans le quartier depuis des années. Le bâti témoigne toujours des temps de la guerre dans cette partie du quartier. Des traces sont préservées partout dans le quartier servant la politique de mainmise. Une ambiance urbaine spéciale est confectionnée.

En effet, le territoire demeure bien défini (fig.2). Nous nous rendons compte rapidement que nous sommes dans la région influencée par les L.F. Des postes de prière, contenant des symboles religieux chrétiens comme des photos des martyrs, sont plantés sur la totalité du territoire. L’influence s’avère très perceptible dans le discours des habitants. Un des habitants du quartier m’affirmait qu’elle pouvait raconter l’histoire de son quartier par un chant dédié au chef des L.F à l’époque de la guerre civile. Durant les itinéraires réalisés avec les habitants du quartier, de longues pauses sont remarquées devant les postes de prière et les traces de la guerre. « Ici, deux de mes camarades sont décédés. Ils les ont bombardés ! » m’annonçait l’un des habitants du quartier immobilisé par un gouffre dans le mur d’un bâtiment.

Figure 2 : ABOU MRAD G. Croquis d’un immeuble montrant toujours les traces de la guerre civile libanaise et orné de photos du cardinal maronite et du chef des L.F à Achrafieh

Pour conclure, ces objets s’avèrent tout de même, en forme et en fonds, une confirmation de loyauté et d’engagement populaire. Ils participent à la symbolisation comme la construction d’un imaginaire collectif, jugé parfois augmenté, qui réenchante certains souvenirs et mémoires. Ils soutiennent une ambiance spéciale du lieu. 

L’ambiance devient une arme assez importante dans le nouvel affrontement des partis politiques. Ils détiennent le secret à sa formule. Ils détiennent en otage la population par le biais de l’ambiance qu’ils confectionnent.

Bibliographie :

AMPHOUX, Pascal, CHELKOFF, Grégoire, THIBAUD, Jean-Paul, 2004. Ambiances en débat. Bernin : À la Croisée.

AUGOYARD, Jean-François, 2011. Faire une ambiance. Introduction. In : Augoyard, Jean-François (ed.). 2011. Faire une ambiance : Actes du 1er congrès international sur les ambiances. Grenoble.

RAUTENBERG, Michel, 2003.  La rupture patrimoniale. France. 173 p.

TIXIER, Nicolas, REMY, Nicolas, 2016. Ambiances, demain. In : 3e Congrès international sur les ambiances Vol.1, (du 21 au 24 septembre 2016), pp.17-22.

DAVIE, Michael, Les banlieues de Beyrouth : Espaces en crise. Durant : la sixième session du Colloque international « Petites villes et développement local dans le monde arabe », (28 – 30 Juin), Tours. 

VERDEIL, Éric, 2006. Concevoir et gérer les villes : milieu d’urbanistes du sud de la Méditerranée. In :
Economica-Anthropos [u.a.] Paris.

SOLIMAN, Ahmed, 2008. Diversity of ethnicity and state involvement on urban informality in
Beirut ». 
In : Cercetāri practice si teoretice în Managementul Urban, Vol.3, n°9, pp.15 – 32.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Georges Abou Mrad (15 septembre 2022). Les ambiances, une nouvelle forme de mainmise. Les cas des quartiers Syriaque et d’Ouzai à Beyrouth. Fabrique du sensible & mutations des espaces habités. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tlwk


Georges Abou Mrad

Georges Abou Mrad, doctorant ENSA Grenoble AAU - CRESSON.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search