Milieux urbains et naturels ukrainiens dans la guerre et sous occupation russe

Le 22 février 2022, la Russie a envahi et lancé une offensive militaire en Ukraine. Cette guerre détruit des villes, des paysages urbains, des milieux habités et naturels ainsi que du patrimoine historique et culturel, en plus de tuer et blesser des personnes. Une manière d’analyser ces événements est d’étudier les expériences habitantes, sensibles de ces violences de guerre.

Mots-clés : Ukraine, Russie, guerre, urbicide, violences de guerre

Figure 1 : AP Photo/ DANA F. A building heavily damaged by multiple Russian bombardments stands near a frontline in Kharkiv, Ukraine. Kharkiv, April 25, 2022. Tous droits réservés

Le 22 février 2022, la Russie a envahi l’Ukraine et lancé une guerre d’agression brutale sur le territoire de ce pays voisin. Depuis quatre mois, les bombardements continuent, ils frappent des espaces urbains, ruraux et naturels, des zones et des infrastructures civiles, des quartiers résidentiels, des établissements médicaux, des lieux d’éducation, des lieux patrimoniaux, etc.. L’offensive  blesse et tue des personnes parmi la population civile. Cette guerre a provoqué une crise de très grande ampleur sur le plan humanitaire, des droits humains et des déplacements (10 millions d’Ukrainiens ont dû quitter leur foyer). Elle est la pire catastrophe de ce type de l’histoire récente de l’Europe.

Alors que le terrain urbain était plutôt évité par les armées pendant des siècles, parce que considéré comme inadapté à des affrontements, la guerre est aujourd’hui largement urbaine (Dufour 2002). La guerre menée par la Russie illustre en effet l’importance stratégique et symbolique actuelle des villes aux yeux du pays agresseur. D’une part, l’armée russe détruit dans un but pratique et tactique. Au début du conflit, la priorité de la Russie était de faire tomber la capitale, de prendre le Parlement et les Assemblées pour décapiter le pouvoir ukrainien. Les efforts étaient aussi concentrés sur la conquête des territoires du Sud, du Nord, du Nord-Est et l’Est. Ce scénario n’a pas fonctionné et l’armée russe aujourd’hui vise le contrôle total du sud de l’Ukraine et de la région orientale du Donbass pour disposer d’un pont terrestre vers la Crimée, occupée depuis 2014. De nombreuses villes visées par les affrontements russes car développées autour d’un port (Marioupol) ou d’un carrefour (Kherson, au nord de la Crimée et Berdiansk, ville de l’oblast de Zaporijjia entre la Crimée et Marioupol). D’autres le sont en tant que villes importantes du pays (Kyïv, la capitale ou Kharkiv, deuxième ville du pays et située à l’Est) ou se situant sur la route vers la capitale du pays (les villes de Butcha, Irpin, l’aéroport militaire de Gostomel dans la banlieue de Kyïv ont été ravagées par l’occupation russe). L’armée a souhaité conquérir ces villes pour maîtriser ces positions.

D’autre part, les forces militaires russes détruisent d’autres espaces urbains pour des raisons symboliques : tuer et effrayer, anéantir des espaces publics et résidentiels, amputer des territoires et des richesses (récoltes, œuvres d’art, biens domestiques comme de l’électro-ménager, etc.), occuper et administrer des régions, tenter de soumettre le pays et d’en changer les frontières et l’ordre intérieur, détruire des paysages, tuer, violer, voler, provoquer des séquelles sur la santé et l’environnement pour des décennies. Nous avons tous vu les images défiler à l’écran de maisons et d’immeubles détruits, d’avenues et de places dévastées, de gares, d’hôpitaux et d’universités bombardées, de jardins au pied d’immeubles transformés en cimetières temporaires, de caves et de souterrains utilisés comme abris par les populations. Le terrain urbain présente de nombreuses formes, qui constituent à la fois des objets et aspects destructeurs et défenseurs. Depuis les années 1990 et la guerre en Bosnie, la notion d’ « urbicide » (Coward, 2008) est utilisée pour qualifier ces attaques qui visent les espaces urbains.

Je développe depuis fin février une enquête sur la destruction des paysages urbains, des territorialités, des villes, des quartiers, des habitats, du patrimoine historique et culturel en lien avec la guerre que mène la Russie en Ukraine. Et je m’intéresse particulièrement aux expériences habitantes, sensibles de ces violences de guerre. Mes terrains d’étude se partagent depuis 2006 entre la Russie et l’Ukraine. Ces dernières années, je m’intéressais à des mobilisations environnementales en lien avec des projets d’aménagement dans des régions périphériques du nord de la Russie. L’invasion par la Russie en Ukraine à la fin du mois de février a bouleversé mon horizon de recherche, comme pour beaucoup de chercheurs spécialistes de la Russie. Il n’est désormais plus possible d’aller en Russie, et il n’y est même pas évident de vouloir s’y rendre, face à la violence de la guerre que personne n’avait vu réellement venir.

Une partie des matériaux récoltés sont des enregistrements sonores réalisés en Ukraine. En voici deux.

Le premier a été réalisé dans une cour d’immeuble à Kyïv par Andrii Nidzelskyi, ingénieur son, membre du collectif de cinéastes documentaristes ukrainiens « Babylon 13 », avec qui je collabore depuis 2015. Il a diffusé cet enregistrement sur son compte Instagram :

Kiev pendant la guerre ! Non les gars, ce n’est pas du sound design ou des effets sonores, j’ai juste mis un micro dans ma cour et enregistré cette atmosphère…. C’est un jour ordinaire dans notre belle ville et comme dans d’autres villes d’Ukraine continue l’opposition héroïque du peuple ukrainien à l’invasion militaire russe. Dans l’agonie de l’impuissance, les occupants détruisent les civils et les enfants avec des frappes aériennes, détruisant les jardins d’enfants, les écoles, les églises et toutes les infrastructures, essayant de nous persuader de nous rendre !

Andrii Nidzelskyi – https://www.instagram.com/tv/Cb2sYr9AnuO/

Le second est une composition musicale commandée par des artistes ukrainiens au compositeur brésilien Roger Leao, qui a proposé trois semaines après le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie un nouvel hymne de la Russie à partir de sons d’explosions, des sirènes et des coups de feu.

Pour comprendre les expériences des violences de guerre, je m’intéresse aux expériences précédentes de la violence des personnes concernées. Or, l’Ukraine n’a connu aucun conflit sur son territoire depuis la Seconde Guerre Mondiale jusqu’à 2014. Sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, mes interlocuteurs décrivent et analysent ces expériences de destruction. Comme Maria Berlinska, volontaire militaire ukrainienne et défenseure des droits des femmes :

Des villes où vivent des centaines de milliers de personnes sont rayées de la surface de la terre. Avec des gens. Notre peuple est en train de mourir d’une mort horrible. Ils sont brûlés, ils sont déchiquetés, ils meurent lentement sous les décombres pendant des jours car il est impossible de les sortir. Ils sont violés collectivement, puis on leur arrache des morceaux de leur corps dans des sous-sols. Les médias couvriront cette information jusqu’à la dernière minute afin de ne pas effrayer les gens. Mais j’espère que ce billet sera lu par des personnes matures et informées. Sans aucune hystérie. Pourquoi cela s’est-il produit ? Eh bien, en dehors du fait qu’on a comme voisins des maniaques malades et répugnants. Parce qu’en tant que société, nous ne nous sommes pas préparés à la guerre depuis 8 ans. Parce que la société croyait que la guerre était quelque part au loin, dans le Donbass. Les vétérans qui répétaient que tôt ou tard les Russes viendraient étaient regardés bizarrement.

27 mai 2022, https://www.facebook.com/masher.berlinska/posts/8070797562945366

Les expériences de violence sont toujours à contextualiser dans le cours de la vie des personnes concernées. Les lieux voués à la destruction sont toujours pleins de sens. La ville est toujours la ville de quelqu’un, disait Marcel Roncayolo (2013). Hanna Perekhoda, doctorante en histoire, écrit le 24 mai 2022 : 

La Russie m’a volé toutes les villes et tous les villages de mon enfance. Certains n’existent tout simplement plus. Donetsk où j’ai passé ma vie. Une partie de ma famille y reste encore. Toutes mes affaires et mes souvenirs y sont aussi. Occupé par la Russie en 2014. Jamais plus revu. Marioupol où je passais toutes mes étés chez mes grands-parents. On allait à la plage tous les jours, se baigner dans la mer. Ma grand-mère me faisait des gâteaux au cerises. Cette ville n’existe plus. Maintenant c’est une fosse commune gigantesque. Un village de ma arrière-grand-mère qu’on visitait chaque été. Près de Volnovakha. Tout simplement rasé par les bombes. Liman où vivent les proches du coté de ma mère. Une ville où la moitié de la population porte le même nom de famille, celui de ma grand-mère. Aussi une ville de vacances, avec des lacs bleus, des forêts. Les russes ont commencé une attaque massive hier. Bientôt il n’y aura plus rien. Lozova où je jouais dans les hautes herbes avec les enfants des proches du coté de mon grand-père. Vous avez probablement vu les photos de la maison de culture détruite par les bombes. C’est là-bas que je jouais quand j’avais 6 ans. La guerre va finir. L’Ukraine va gagner. On va fêter la victoire. Mais moi je n’aurais plus rien qui me reste de mon enfance. Tant pis.

https://www.facebook.com/perekhoda/posts/4991711737550327

Il s’agit pour moi de documenter ces expériences dans différentes villes et régions et dans différentes situations : les milieux habités sous les bombardements, sous occupation russe ou libérées (dé-occupées) ainsi que les dégâts environnementaux de la guerre, dans une perspective développée par les études sur les héritages toxiques (« toxic heritage »). Je ferai dialoguer mes précédents terrains menés dans des régions périphériques russes et les terrains ukrainiens tout en discutant avec les travaux actuels qui proposent une lecture postcoloniale des rapports de Moscou avec les régions périphériques ou considérées par le centre comme telles.

Bibliographie

DUFOUR, Jean-Louis, 2002. La Guerre, la Ville et le Soldat. Paris : Odile Jacob. 351 p.

RONCAYOLO, Marcel, 2003. La ville est toujours la ville de quelqu’un. In : CARDINALI, Philippe, LÉVY, Jacques, MONGIN, Olivier, PAQUOT, Thierry, RONCAYOLO, Marcel (ed.) De la ville et du citadin. Marseille : Parenthèses Editions. pp.53-73.

COWARD, Martin, 2008. Urbicide: The politics of urban destruction. Londres: Routledge.176 p.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Perrine Poupin (14 septembre 2022). Milieux urbains et naturels ukrainiens dans la guerre et sous occupation russe. Fabrique du sensible & mutations des espaces habités. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tlwj


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search